Parcourir l’actualité en un seul clic

Jeunesse sacrifiée face aux financements

0
Savoir écrire un projet ne nous fait pas un bon et grand entrepreneur. Ceux qui nous enseignent comment le faire sont-ils des millionnaires ou milliardaires ? Ceux qui se réclament coaches en motivation et nous tiennent d’éternels discours sont ils fortunés par leurs projets ?
Concernant les financements, y’a trop de procédures inutiles. Des procédures qui ne concernent que ceux qui n’ont pas de bras longs.
Si on critique cette jeunesse passive , on doit condamner à vie ces dirigeants qui ont détourné l’argent des contribuables qui pouvait construire des industries ou des centres de formation professionnelle ou revaloriser ces salaires misérables.
On doit aussi blâmer ce système éducatif qui ne fait plus rêver. L’État impose aux parents d’amener leurs enfants à l’école dés l’âge de 7 ans. Après 25 ans d’études sur les bancs , ces mêmes enfants devenus jeunes sont appelés de tout recommencer à zéro parce que y’a pas de sots métiers. Ce qui est injuste. L’élève ou l’étudiant n’a plus le droit de choisir sa vocation.
Si l’État ne peut plus garantir la réussite aux études, il n’a qu’à laisser aux parents la liberté de choisir un métier pour leurs enfants dès le bas âge.
Emploi et employabilité sont devenus bizarrement les ” nouveaux mots ” qui justifient la malhonnêteté intellectuelle de nos dirigeants. Depuis la prolifération des écoles privées de formation professionnelle , la masse qualifiée ne peut plus être un souci à moins que l’État manque de vision et une politique de jeunesse.
La jeunesse a juste été sacrifiée. Qu’on arrête de l’accuser à tord…
papediouf.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More