Informez-vous surtout, de tout

1xbet

LIZEZ AUSSI   Air Sénégal, Macky et Marième Faye pose avec Farba Ngom

Taxi 2: retour sur un tragique accident de tournage et une bataille juridique de 10 ans

0

“Taxi 2”, écrit et produit par Luc Besson, est diffusé ce soir sur TF1. A cette occasion, retour sur l’accident mortel survenu pendant le tournage de cette comédie d’action.

Dans Taxi 2, sorti en 2000, Daniel et Emilien se retrouvent à Paris et font cette fois-ci face à des yakuzas qui ont kidnappé le ministre de la défense japonais… A l’occasion de la diffusion de cette suite au succès phénoménal (plus de 10 millions d’entrées dans les salles françaises), ce soir sur TF1, retour sur l’accident mortel survenu pendant le tournage.

UNE CASCADE EN VOITURE QUI TOURNE MAL…

La tragédie survient le 16 août 1999, Porte Dauphine à Paris, pendant le tournage de la scène où la 406 blanche conduite par Samy Naceri s’élance au-dessus de deux chars. Le cascadeur Gilbert Bataille est chargé de la manoeuvre et les cadreurs doivent “uniquement” capter le décollage du véhicule via un tremplin (la voiture en plein vol sera ajoutée numériquement).

Après un premier essai jugé trop lent par le réalisateur Gérard Krawczyk, le cascadeur fait une deuxième tentative en allant plus vite et avec un tremplin d’un mètre supplémentaire. Mais le véhicule retombe bien trop loin, dérape et fauche deux personnes : le caméraman Alain Dutartre, qui meurt quelques heures après, et un accessoiriste gravement blessé.

Rémy Julienne, l’un des cascadeurs les plus chevronnés de France (il a doublé Roger Moore, Jackie Chan, Belmondo…), officie sur Taxi 2 en tant que responsable des cascades. Hanté par cet accident (le seul dans sa carrière comptant pas loin de… 1 400 productions !), il choisit d’en endosser la pleine responsabilité, pensant qu’EuropaCorp en ferait de même…

UNE LONGUE BATAILLE JURIDIQUE CONTRE EUROPACORP

Quand Rémy Julienne comprend qu’il est seul, il pâtit et fait même un infarctus après l’une de ses confrontations avec Luc Besson devant le juge. En 2005, il est condamné pour homicide involontaire et écope de 18 mois de prison avec sursis et 13 000 euros d’amende. La responsabilité du producteur n’est quant à elle pas mise en cause. Le superviseur des cascades avait confié :

LIZEZ AUSSI   Air Sénégal, Macky et Marième Faye pose avec Farba Ngom

“Au début, j’avais le cul entre deux chaises. (…) Puis un jour, j’ai eu accès aux éléments du dossier et j’ai vu ce que Besson, le réalisateur et les autres avaient déclaré. J’ai été littéralement écœuré. Je suis tombé de mon arbre, ils me chargeaient tous ! Là, j’ai changé de tactique et j’ai dit la vérité : je n’ai jamais trouvé dans une production quelque chose d’aussi horrible, jamais.”*

Rémy Julienne ne baisse pas les bras et retrouve un devis qu’il avait soumis aux producteurs pendant le tournage. Dans ce contrat, il leur proposait de faire des essais dans un terrain vague avant la cascade mortelle (ce qui aurait empêché l’accident), pour 18 000 euros. La société de Luc Besson avait décliné la proposition, sans donner d’explications…

En 2010, la Cour de cassation retient qu’EuropaCorp a refusé d’effectuer ces tests pour faire le maximum d’économies. L’enquête révèle aussi la pression permanente que l’entreprise mettait sur ses employés pour que le tournage soit le plus rapide possible, quitte à négliger la sécurité (chose que Luc Besson a toujours fermement démenti malgré les témoignages de techniciens).

D’ailleurs, Rémy Julienne avait expliqué que la mort du caméraman n’avait pas incité la production à minimiser davantage les prises de risques : “Après cinquante ans de carrière je ne sais jamais d’avance ce qu’il faut faire mais je sais ce qu’il ne faut pas faire. Et il y a eu d’autres anomalies de ce type. Le pire c’est qu’à la fin la production a refusé de payer ces frais supplémentaires.”*

EuropaCorp, reconnue coupable d’homicide involontaire, doit finalement payer 100 000 euros d’amende et 30 000 euros de dommages et intérêts à la famille de la victime. Même si la Cour de cassation l’a dispensé de toute peine, ces dix ans de procès ont marqué Rémy Julienne (il a fait trois infarctus, deux cancers et a disparu des plateaux).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More